EN
 
Menu

Coup de coeur du FFEM pour le projet Avaclim

crédit photo : Eric Thauvin
La secrétaire générale du FFEM (Fonds Français pour l'Environnement Mondial), Stéphanie Bouziges-Eschmann, revient sur le projet Avaclim financé à la fois par sa structure et par le GEF (Global Environnement Fund).

Dans une interview (en anglais) parue sur le site web du GEF, Stéphanie Bouziges-Eschmann montre que le projet Avaclim, mêle  des ressources de terrain et scientifiques afin de promouvoir l'agroécologie. 

"Le projet Avaclim, financé à la fois par le FEM et le FFEM, aide sept pays - le Burkina Faso, le Sénégal, le Maroc, l'Éthiopie, l'Afrique du Sud, le Brésil et l'Inde - à utiliser l'agroécologie pour faire face aux effets du changement climatique dans les zones arides. Bien que nous sachions qu'une agriculture plus durable et plus respectueuse de l'environnement constitue une solution importante pour l'adaptation au changement climatique, l'agroécologie n'a reçu que peu de ressources dans de nombreux pays du monde. Le projet Avaclim permet aux pays de relever simultanément plusieurs défis environnementaux : l'adaptation au changement climatique, la dégradation des sols, la pollution par les pesticides et les intrants chimiques, et la perte de biodiversité. En s'appuyant sur les meilleures pratiques de pays ayant fait face à des difficultés similaires, le projet permet de démontrer l'efficacité de l'agro-écologie dans des zones particulièrement vulnérables. En tant que projet de "recherche-action" fondé sur la science, il encourage le partage des connaissances et la sensibilisation tout en incluant des actions de plaidoyer destinées aux décideurs."

Pour lire l'article en entier 

informations cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.