Menu

Réunion à Errachidia des associations participantes au projet TERO

A l’occasion de la Journée Internationale de l’Eau, la rencontre des associations membres du projet «TERO - Territoires Engagés pour la Résilience des Oasis», financé dans le cadre du Programme européen de Volontariat dans l'aide humanitaire (EUAV), a été inaugurée le 22 mars à Errachidia au Maroc.

L’objectif du projet TERO est de renforcer la résilience des communautés oasiennes des trois pays du Maghreb (Maroc, Mauritanie et Tunisie), face aux risques liés au changement climatique, et à partir de l'implication des jeunes volontaires locaux. Dans la ville oasienne, l’ensemble des associations partenaires du projet TERO étaient présentes en plus du CARI, à savoir France Volontaires (France), coordinateur, AOFEP – Association Oasis Ferkla pour l’Environnement et le Patrimoine (Maroc), ASOC – Association de sauvegarde de l'oasis de Chenini (Tunisie), Association TENMIYA (Mauritanie) et FOCSIV (Italie).

Au cours des deux années du projet, des activités de formation seront lancées afin de renforcer la capacité des associations à impliquer les jeunes volontaires dans les activités de préservation de l'environnement des oasis, pour contribuer aux objectifs de développement durable et particulièrement l’objectif n°13 de l’Agenda 2030.

Les jeunes seront formés à la réduction des risques locaux tels que la prévention et la gestion des incendies, la désertification et les systèmes d'alerte précoce. Ils deviendront acteurs de la préservation de leur territoire et donneront vie à des réponses sociales, économiques et environnementales pour un développement durable au Maroc, en Mauritanie et en Tunisie.

Ces pratiques, de préservation et de résilience, seront également un exemple pour les jeunes Européens. Ils pourront répliquer ces pratiques dans leurs territoires européens et contribuer au développement durable de ces territoires.La campagne de sensibilisation et de mobilisation des jeunes sur le volontariat climatique s'inscrit dans la nécessité d'une réflexion sur les migrations climatiques. Un flux ininterrompu qui, de 2008 à 2014, a forcé plus de 157 millions de personnes à se déplacer en raison d'événements météorologiques extrêmes et des territoire inhospitaliers.

Ces activités et expériences enrichissent la réflexion sur la relation entre résilience et migration afin de promouvoir le développement humain, mettre un terme à la pauvreté, accroître la prospérité et réduire les inégalités, en vue de l’approbation du Global Compact sur la migration et les réfugiés pendant le Forum sur la migration qui se tiendra au Maroc en décembre 2018.

Pour en savoir plus, découvrez une vidéo de MAP TV MAROC.

© France Volontaires

informations cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.