Menu

AVACLIM - Pour un déploiement de l’agroécologie en zone aride

culture maraichere niger / Florence Boyer IRD
Le projet AVACLIM, porté par le CARI, vise à créer les conditions nécessaires à un déploiement de l’agroécologie en zone aride en mettant en lumière les initiatives agroécologiques de 7 pays du Sud : Burkina Faso, Sénégal, Maroc, Ethiopie, Afrique du Sud, Brésil et Inde.

Agroécologie, une voie d’adaptation au changement climatique en zone aride

Le projet AVACLIM, porté par le CARI, vise à créer les conditions nécessaires à un déploiement de l’agroécologie en zone aride en mettant en lumière les initiatives agroécologiques de 7 pays du Sud : Burkina Faso, Sénégal, Maroc, Ethiopie, Afrique du Sud, Brésil et Inde. Ce projet innovant fait le choix de s’appuyer sur une démarche multi-acteurs alliant praticiens, scientifiques et décideurs. Il est le fruit d'une longue maturation : initié en 2014, il est soutenu dès 2015 par le FFEM, puis par le GEF en 2018, lui permettant finalement de voir le jour.

L’agroécologie permet l’amélioration des productions agricoles par la valorisation des ressources naturelles locales et les savoir-faire traditionnels. Elle participe donc au maintien de la biodiversité et à la restauration des terres en zones arides dans ces régions généralement pauvres, où les contraintes physiques sont importantes et qui sont particulièrement menacées par le réchauffement climatique et l’insécurité alimentaire.

Malgré la réussite de nombreuses initiatives agroécologiques à l’échelle locale, le constat est que ces dernières ne sont pas reprises à une échelle plus large et sont souvent boudées par les décideurs.

Des lacunes à combler en matière de pratiques agroécologiques

Le projet AVACLIM s’est développé sur le constat de lacunes fortes vis-à-vis des pratiques agroécologiques :

  • Un manque de capitalisation des initiatives agroécologiques.
  • Un manque d’investissement de l’agroécologie par les scientifiques, thématique qui reste plus largement soutenue par la société civile.
  • Un manque de collaboration et d’échanges entre société civile et scientifiques.
  • L’absence d’un référentiel validé scientifiquement sur les bénéfices de l’agroécologie et sur ses facteurs de succès de sa mise en place, sur lequel pourraient s’appuyer les décideurs (institutions internationales, bailleurs et politiques).

Un partenariat innovant

Praticiens, scientifiques, décideurs et grand public, tous ont un rôle à jouer. L’objectif d’AVACLIM est d’amener ces acteurs à développer, appliquer et soutenir des approches agroécologiques dans les zones arides, ceci afin d’y assurer une sécurité alimentaire, tout en permettant la restauration des terres et en atténuant les effets du changement climatique.

Pour cela, le projet s’appuie sur plusieurs axes :

  • Une capitalisation des différentes initiatives agroécologiques et la mise en lien des différents acteurs et praticiens de l’agroécologie ;
  • L’évaluation de ces initiatives par un consortium de scientifiques, d’un point de vue agronomique et socio-économique, afin de créer un référentiel sur lequel les décideurs peuvent s’appuyer ;
  • Un plaidoyer auprès des acteurs politiques nationaux mais également auprès des bailleurs et institutions internationales ;
  • Unelarge diffusion des expériences existantes, d’une grille d’évaluation utilisable par tous et d’un référentiel scientifiquement validé.

En bref

  • Nom complet : Projet AVACLIM – Agroécologie, assurer la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance durables en restaurant les terres des régions arides et en atténuant les changements climatiques.
  • Porteur de projet : CARI
  • Date de début : 2019
  • Pays concernés : 7 (Burkina Faso, Sénégal, Maroc, Ethiopie, Afrique du Sud, Brésil et Inde)
  • Budget : 2.5 millions €
  • Financement : FFEM et GEF        
  • Partenaires :IRD (France), Both ENDS (Pays-Bas), EMG (Afrique du Sud), Agrisud International (Maroc), ARFA (Burkina Faso), Caatinga (Brésil), ENDA PRONAT (Sénégal), ISD (Ethiopie), GBS (Inde), FFEM, GEF et FAO (Agence de mise en œuvre du GEF). 
informations cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.