EN
 
Menu

Le CARI au Congrès mondial de la nature à Marseille

En septembre, le CARI a participé pour la première fois au Congrès mondial de la nature, à Marseille. Le Congrès s’inscrivant dans la préparation de l’agenda post-2020 sur la biodiversité, dont les contours seront adoptés lors de la 15ème Conférence des Parties (COP15) de la Convention sur la Diversité Biologique, il offrait une opportunité pour le CARI et ses partenaires de contribuer à la prise en compte des terres en zones sèches dans les négociations sur la biodiversité.

Qu'est-ce que le Congrès mondial de la nature ?

Cet événement réunit tous les 4 ans des responsables politiques, de la société civile, des secteurs privés et universitaires, dans le but de préserver l’environnement et d'utiliser les solutions que la nature apporte pour relever les défis de la planète.

Le programme du Congrès s’est composé de trois sections : l’assemblée des membres, le forum, et les espaces d’exposition ouverts au grand public.

L’Assemblée des membres constitue l’organe de décision qui permet l’adoption de motions par lesquelles les membres guident la politique et le programme de l’UICN, et influencent les organisations tierces. Trois motions, revêtant un intérêt particulier pour le CARI, ont été approuvées en 2021 :

Le Forum est un espace de débat public qui a vocation de présenter des solutions innovantes pour faire face aux défis les plus critiques à l’échelle locale et mondiale, mettant en avant les efforts des parties prenantes de tous les secteurs et du monde entier.

La table-ronde gérée par le CARI

Au sein de cet espace, le CARI et ses partenaires ont proposé une table-ronde sur les engagements de la société civile pour la gestion durable des paysages dans les zones arides. La session a eu pour objectif de montrer comment la société civile peut se mobiliser et porter une initiative internationale de concertation multi-acteurs - le Sommet Désertif’actions - permettant de mutualiser les connaissances et de produire des messages de plaidoyer pour les porter au sein de différentes négociations internationales. La table-ronde a permis aux quatre panelistes de présenter les résultats de Désertif’actions 2019 sur les quatre thématiques traitées :

  • La Grande Muraille Verte : un cadre politique et opérationnel d’actions potentiellement utile pour la réalisation des 3 Conventions de Rio.

Sylvestre Tiemtore du SPONG (Burkina Faso) a présenté les principales recommandations de la société civile pour la mise en œuvre de l’initiative GMV. Il a ensuite expliqué comment ces recommandations peuvent être portées dans le cadre de l’accélérateur.

  • La prise en compte du foncier dans la mise en œuvre de la neutralité en matière de dégradation des terres.

Nahid Naghizadeh de CENESTA (Iran) a montré comment le plaidoyer commun de la société civile a permis l’adoption d’une décision concernant la prise en compte des droits fonciers dans la lutte contre la désertification, lors de la COP14 de la CNULCD.

  • Le Pastoralisme durable et la restauration des parcours, leviers de la lutte contre la désertification, mais aussi en matière de lutte contre la perte de biodiversité.

Chris Magero de l’UICN (Kenya) a expliqué pourquoi il est important que la société civile et les autres acteurs du développement se mobilisent pour les éleveurs pastoraux et leurs zones parcours au Sahel, puis il a rappelé les recommandations élaborées lors de D’a19. 

  • Les multi-usages de l’eau en zones arides entrainent des situations d’une grande complexité en matière de disponibilité, d’accessibilité et de gouvernance de la ressource.

Fatou Mar de l’OSS (Tunisie) a présenté les recommandations de D’a19 sur les multi-usages de l’eau en zones arides et expliqué comment ses recommandations peuvent continuer à être portées, en particulier dans le cadre du Forum Mondial de l’Eau.

À la suite de la table-ronde, une intervention de Mme Héloïse Van Besien, point focal désertification (MEAE) a permis d’exposer le point de vue des pouvoirs publics français sur les initiatives permettant à la société civile de se concerter pour produire une connaissance et des recommandations collective. Mme Van Besien a exprimé l’engagement du ministère à soutenir la prochaine édition de Désertif’actions en 2022.

L'accélérateur de la Grande Muraille Verte

Le CARI, le GTD et le CSFD ont par ailleurs contribué à l’organisation d’un événement de haut-niveau convié par le ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE) et la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la Désertification (CNULCD), au sein du Pavillon France.

Lors du Sommet Une Seule Planète de janvier 2021, le président de la République Française a annoncé la mise en place d’un « accélérateur de la Grande Muraille Verte », permettant de réunir des annonces d’investissements de différents bailleurs à hauteur de 16 milliards d’euros pour la période 2021-2025. Une équipe de la CNULCD est chargée de suivre la mise en œuvre de ces investissements et leur contribution à l’atteinte des objectifs de la GMV.

L’événement organisé lors du Congrès UICN devait permettre de présenter les recommandations des acteurs politiques, financiers, de la société civile et de la recherche pour une mise en œuvre efficace et plus rapide.

Ce dialogue a été marqué par la présence de ministres français (affaires étrangères) et mauritanien (environnement), ainsi que du secrétaire exécutif de la CNULCD et de représentants de bailleurs de fonds contribuant à l’accélérateur.

Le rôle clé des sociétés civiles

M. Patrice Burger a rappelé que sur le terrain, rien de durable n’est possible sans la participation d’une société civile organisée qui se situe à tous les niveaux de la décision et de la mise en œuvre.

Les OSC interviennent en effet à la maille la plus fine à l’échelle des territoires et des populations dont elles ont la confiance, elles expérimentent, développent, adaptent de manière participative. Le rapport coût bénéfice de leurs actions est souvent plus positif que celui des projets menés par les grandes organisations, et le ressenti de leur action sur la vie des populations est immédiat.

M. Sylvestre Tiemtore a pris le relais pour énoncer les mesures à mettre en place pour « accélérer » l’accélérateur en s’appuyant sur les OSC :

  • Reconstruire la relation partenariale entre l’État, la société civile, la recherche, les partenaires techniques et financier dont les rôles sont complémentaires. Il nous faut appuyer sur cette subsidiarité pour coconstruire les réponses de l’accélérateur.
  • L’accélérateur doit mettre en place un système de coordination entre les porteurs de projets actuels, les bailleurs de fonds, les responsables de la mise en œuvre et les bénéficiaires de la GMV. Pour cela, la plateforme en ligne des partenaires de la GMV lancée par SOS SAHEL afin de donner de la visibilité aux initiatives des acteurs non étatiques, et qui rassemble aujourd’hui 60 acteurs sur l’ensemble du Sahel, pourrait être un tremplin.
  • L’accélérateur doit comprendre une facilité de financement significative dédiée aux OSC et comprendre une partie allouée à des fonds souples ou micro-subvention des organisations à la base et des collectivités territoriales à l’instar du Small Grant Program du FEM.
  • L’accélérateur doit reposer sur un cadre de redevabilité clair pour mesurer la performance des engagements financiers et offrir des opportunités de pouvoir conduire un suivi citoyen indépendant.

Le mot de Patrice Burger, Président du CARI :

« La GMV est aujourd’hui à l’épreuve des faits : elle doit répondre aux défis extrêmes et menaces dans une région déjà sous tension, et qui pour partie pourrait devenir invivable comme le laissent craindre les travaux scientifiques sur le climat. Ne rien faire, c’est laisser faire. Réussir le GMV n’est pas qu’un impératif moral, mais un impératif tout court ».  

informations cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.