Logo CARI

CARI >

>

CNULD : Sortie de deux publications majeures

paysage mauritanie

CNULD : Sortie de deux publications majeures

« Nos pratiques actuelles en matière de gestion et d’utilisation des ressources naturelles menacent la santé et la survie de nombreuses espèces sur Terre, y compris la nôtre ».

Perspectives territoriales mondiales, Restaurer les terres pour favoriser la reprise et la résilience.

C’est en ces termes que le Secrétariat de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) s’exprime dans la deuxième édition des Perspectives territoriales mondiales, Restaurer les terres pour favoriser la reprise et la résilience.

Cette publication phare de la Convention a pour objectif de faire un état des lieux de la dégradation des terres à l’échelle planétaire et de guider les Etats et les communautés quant aux options qui s’offrent à eux pour l’élaboration de programmes de restauration des terres. Après avoir fait le constat alarmant que 40% des terres sont aujourd’hui dégradées (contre 25% au moment de la publication de la première édition en 2017), le Secrétariat présente 3 scénarios d’évolution de la situation d’ici à 2050. Là où le business as usual aurait des « conséquences désastreuses pour le climat, la biodiversité et les moyens de subsistance », en particulier pour l’Afrique subsaharienne, la restauration de la moitié des terres émergées entrainerait une augmentation des rendements agricoles mondiaux de 9%, ainsi qu’une préservation des écosystèmes, de la ressource en eau, et le stockage d’une quantité importante de carbone dans les sols. Le rapport fait ensuite mention d’expériences fructueuses de restauration des terres menées à travers le monde, preuve de leur possibilité de « mise en œuvre dans presque tous les contextes et à de nombreuses échelles spatiales ». La Convention incite les Etats parties à accompagner ces initiatives d’un « renforcement des droits » des populations locales, notamment des droits fonciers.

La sécheresse en chiffres 2022 – Restaurer afin d’être prêts et résilients

La sortie de cette publication s’est accompagnée de celle d’un rapport intitulé La sécheresse en chiffres 2022 – Restaurer afin d’être prêts et résilients, et ce à l’occasion de la Journée de la sécheresse lors de la 15ème Conférence des Parties de la Convention à Abidjan. Ce recueil de données chiffrées sur l’occurrence des épisodes de sécheresse et leurs impacts vise à guider les prises de décisions à l’occasion des négociations multilatérales. « Depuis 2000, le nombre et la durée des sécheresses ont augmenté de 29% », peut-on lire dans la publication. Ainsi, 700 millions d’individus risqueraient d’être déplacés d’ici 2030 du fait de la sécheresse. D’où un appel fort à l’action, et la mise en avant de l’absolue nécessité d’une accélération de l’atténuation. La publication plaide pour la restauration des terres et des paysages, afin d’améliorer la résilience face aux sécheresses et de les atténuer, la matière organique du sol étant un facteur clé de la capacité de rétention d’eau de ces derniers. Enfin, le rapport donne des exemples d’initiatives réussies, telle que l’adoption du goutte à goutte en Israël, qui « a contribué à résoudre le problème de la pénurie d’eau » dans le pays.

Partager l'article

Restez informés et découvrez toutes nos actualités

Voir la(es) fiche(s) ressource(s) liée(s)

Aucune fiche ressource liée

Plus de lecture

Articles similaires

17 juin 2024

Investit depuis plus de 25 ans dans la lutte contre la désertification, le CARI, en collaboration avec le...

11 juin 2024

Notre chargée de projet NATAE est partie en Tunisie pour participer aux réunions du consortium, à l’Assemblée Générale...